Info fermer ×
+

Elles seront 34, les fanfares fribourgeoises à la Fête fédérale

La Liberté – Jeudi 9 juin 2016

Ce sera le concours de tous les superlatifs : les deux prochains weekends, à Montreux, 556 fanfares, soit près de 26’000 musiciens, participeront à la 34e Fête fédérale de musique. «Un record de participation », communiquent les organisateurs de ce grand rendez-vous quinquennal de la vie musicale helvétique. Dans le lot, 34 sociétés fribourgeoises, soit à peu près un tiers des sociétés de musique du canton, préparent leur prestation depuis des mois. Chacune jouera une pièce imposée et une pièce de choix en fonction de sa catégorie et défilera lors des parades.

En catégorie «excellence», trois harmonies chercheront à donner le meilleur d’elles-mêmes : la Gérinia de Marly et La Concordia de Fribourg, toutes deux dirigées par Jean-Claude Kolly, ainsi que la Landwehr de Fribourg, dirigée par Isabelle Ruf-Weber. Elles concourront ce week-end. La Fanfare paroissiale de Siviriez, qui fait également partie de l’élite helvétique, mais parmi les formations de brass band, concourra pour sa part le deuxième week-end de la fête.

Jean-Claude Kolly ne cache pas sa réticence à utiliser le mot «concours». Il lui préfère largement le terme de «concert». «Pour mes deux ensembles, un concert d’une telle importance, dans une très belle salle, l’Auditorium Stravinski, représente une sorte d’apogée», pose le chef d’orchestre. Mais plus qu’un aboutissement, il voit dans la Fête fédérale la possibilité de mettre en valeur tout un travail de formation musicale, sachant que ce travail, pour toute société amateure, n’est jamais terminé.

«Pour moi, ce qui est important, c’est d’avoir une très bonne préparation. Et sur le moment de proposer une interprétation fidèle à ce que nous sommes capables de faire.» Les points, la place finale au classement sont pour lui «secondaires ». «Je suis moi-même souvent jury lors de concours. C’est très difficile de juger une prestation. Nous sommes une dizaine d’harmonies à pouvoir monter sur le podium, nous pouvons être troisième comme huitième…»

Isabelle Ruf-Weber ne dit pas autre chose: «Il y a beaucoup d’orchestres vraiment excellents. Lequel sera tout devant ? Ça n’a pas d’importance. La moitié des harmonies d’excellence pourrait pretendre à la première place.» Comme Jean-Claude Kolly, la directrice de la Landwehr ne mise pas tout sur le jour du concours. «Le plus important pour moi, c’est toute la phase de préparation. J’ai eu du temps pour travailler deux oeuvres difficiles et exigeantes, beaucoup plus de temps que nous avons pour un concert annuel. J’ai pu peaufiner l’intonation, l’équilibre sonore, soigner la fusion des registres, demander aux musiciens de jouer vraiment piano. Toute cette préparation, vraiment, c’est génial. C’est dans ces moments-là qu’on mesure à quel point l’orchestre s’améliore, les musiciens progressent ensemble, se sentent plus unis.»

Les deux directeurs musicaux défendent en choeur la recherché d’émotions musicales avant tout, le bonheur de s’exprimer, le plaisir de jouer. La musique doit élever, nourrir. Tout le reste est accessoire. Leurs ensembles joueront tous les trois «Guernica» du compositeur fribourgeois Jean-François Michel. Cette oeuvre a été spécialement écrite comme pièce imposée : redoubtable techniquement, elle expose tous les registres de l’harmonie. «Elle sera sélective», avertit Jean-Claude Kolly.

Comme pièce de choix, la Gérinia interprétera «Pinocchio» de Ferrer Ferran. La Concordia a choisi «Out of Hearth» d’Oliver Waespi, une oeuvre pas encore éditée. Tandis que la Landwehr jouera «Gilgamesh» de Bert Appermont. Toutes ces symphonies, semble-t-il, exigent une folle dose d’endurance et de concentration. Montreux ne volera décidément pas le titre de capitale suisse de la musique le temps de la fête.

Elisabeth Haas


D’Arconciel à Wünnewil

La liste des 34 sociétés de musique fribourgeoises à se présenter: l’Harmonie d’Arconciel, la Mauritia d’Autigny-Chénens, l’Avenir de Barberêche-Courtepin, le Corps de musique de la ville de Bulle, l’Edelweiss de Charmey, la Lyre paroissiale de Courtion, Musikgesellschaft Düdingen, l’Echo du Glèbe Estavayer-le-Gibloux, la Lyre de Farvagny, la Concordia de Fribourg, la Landwehr de Fribourg, l’Union instrumentale de Fribourg, l’Appel du Manoir de Gruyères, Musikgesellschaft Gurmels, l’Edelweiss de La Joux, la Campagnarde de Lugnorre, la Gérinia de Marly, la Concorde de Montagny-Cousset, la Cordiale de Neyruz, l’Espérance d’Orsonnens, Musikgesellschaft Plaffeien, la Cigonia de Prez-vers-Noréaz, l’Echo des Monts de Riaz, la Fanfare de Romont, la Villageoise de Rueyres-les-Prés, Musikgesellschaft Schmitten, l’Edelweiss de Semsales, la Fanfare paroissiale de Siviriez, Musikgesellschaft St. Antoni, l’Avenir de Saint-Martin, Musikgesellschaft Tafers, la Fanfare paroissiale d’Ursy, l’Union de Villaz-Saint-Pierre, Pfarreimusik Wünnewil-Flamatt.