Info fermer ×
+

L’ancien cadet Fred Vonlanthen honoré par La Concordia

La Liberté – Lundi 30 novembre 2015

Le président de La Concordia Olivier Schaller (au centre) a remis un diplôme d’honneur à Fred Vonlanthen, accompagné de son épouse / Photo Charly Rappo

La Concordia a organisé, vendredi, sa traditionnelle soirée annuelle. Le Corps de musique officiel de la Ville de Fribourg en a profité pour honorer son ancien tromboniste, le musicien Fred Vonlanthen. «Celui qui est aujourd’hui le célèbre guitariste et chanteur de l’orchestre d’Alain Morisod a bien décrit le rôle intégrateur important que les cadets de La Concordia avaient joué dans sa jeunesse», confie le président Olivier Schaller.

Fred Vonlanthen a ensuite gratifié les 130 convives d’un duo interprété avec son épouse Alessandra. D’ailleurs, comme l’a relevé David Bonny, les talents de celui que tout le monde appelle Fred ont vite été reconnus lorsque, adolescent, il avait joué aux noces du futur président du Grand Conseil.

La conseillère communale Madeleine Genoud-Page a de son côté souligné le rôle d’ambassadeur que jouera La Concordia lors de la prochaine Fête fédérale de musique, qui se déroulera à Montreux en juin 2016. Le conseiller d’Etat Georges Godel a pour sa part témoigné son admiration à Jean-Claude Kolly, le «génial» chef d’orchestre de la Concordia depuis vingt-trois ans.

Enfin, Lise-Marie Graden, présidente du Conseil général de la ville, a mis en lumière le caractère novateur des concerts de La Concordia. Ce sera le cas les 30 et 31 janvier prochain puisque Fred Vonlanthen sera associé au Corps de musique officiel et à ses cadets sur la scène d’Equilibre

Organisée par le registre des trombones sous le thème des variétés, la soirée de La Concordia a par ailleurs été l’occasion de remettre des distinctions cantonales et fédérales. Cette année, huit jubilaires ont accumulé plus de 280 années de musique. Olivier Schaller, président de la Concordia, a aussi révélé un scoop: La Concordia jouera aux Murten Classics 2016, honneur qui est attribué pour la première fois à une harmonie.

La soirée s’est poursuivie jusque très tard dans une ambiance stimulée par les cuivres du célèbre ensemble Traktorkestard de Berne. «Une fin en apothéose qui a surpris tout le monde, car personne n’était au courant», témoigne Olivier Schaller.

Patrick Pugin