Info fermer ×
+

La Concordia revisite l’Amérique de Maslanka

La Liberté – Jeudi 6 novembre 2014

Le Podium de Guin ouvre sa scène à La Concordia ce week-end pour une échappée dans l’Amérique de David Maslanka. Dans les années 1990, le compositeur quitte la vie trépidante de New York pour s’installer dans les reliefs sauvages du Montana et de l’Idaho. Sans tarder, ces vastes espaces murmurent à l’oreille du compositeur sa “Quatrième Symphonie”. Une oeuvre qui invite ses interprètes à dire dans toutes les nuances la joie de vivre et la reconnaissance en évoquant çà et là des chorals de Bach, mais qui n’a rien d’un simple pastiche. Dans un langage aussi raffiné qu’accrocheur, l’imposant ouvrage d’un seul tenant multiplie les références à l’histoire des Etats-Unis – et notamment la Guerre de Sécession – pour rappeler que le chaos recèle toujours l’espoir d’une vie nouvelle. Quant à “Give us this day”, une autre page de Maslanka, cinq principes phares du bouddhisme sont revisités en musique.

Le programme dirigé par Jean-Claude Kolly, assisté de Vincent Métrailler, fait également honneur à John Barnes Chance, qui compte lui aussi parmi les grandes figures de la musique américaine pour vents du XXe siècle. “Incantation et Danse”, l’une des pièces les plus populaires du maestro texan, se nourrit aussi bien de tristesse et de mystère que de frénésie et fait la part belle aux percussions dans des
rythmes endiablés.

Benjamin Ilschner


2014-11-06-La-Liberté_v2