Info fermer ×
+

La Concordia au bout du monde

La Liberté – Jeudi 6 février 2014

Accrocher le cap Horn à son tableau de chasse? Chaque loup de mer en rêve depuis toujours, c’est bien connu… Ce qu’on sait moins, c’est que cette aventure peut aussi tenter un corniste. Le fameux cap du bout du monde a en effet donné son nom à une oeuvre virtuose du compositeur autrichien Otto Schwarz. Denis Dafflon s’en fera l’interprète lors des deux concerts de gala de La Concordia, ce week-end à Equilibre. Le jeune soliste mérite bien son premier rôle, lui qui a fait toutes ses classes au sein du Corps de musique de la Ville de Fribourg.

Conjuguant talent et persévérance, il est allé jusqu’à percer dans le milieu professionnel: tout en restant fidèle concordien, il collabore régulièrement avec l’Orchestre de chambre fribourgeois et a décroché en 2012 un poste à l’Orchestre symphonique de Berne.

Après deux opus du compositeur néerlandais Alex Poelman, les vents et percussions de l’harmonie d’excellence – et des Cadets – vont également explorer l’univers musical d’Oscar Navarro en donnant le poème symphonique «Expedition» et «Libertadores», un hymne aux indépendantistes sud-américains. Jean-Claude Kolly partage la direction avec son ancien étudiant Beat Rosenast.

BI